La carence en potassium de la vigne

Pour assurer l’ensemble de son cycle végétatif, on estime en général que la vigne a besoin de 25 à 80 kg de potassium par hectare. Le potassium intervient lors de nombreuses étapes essentielles du cycle végétatif de la vigne :

  • Il constitue un facteur de vigueur et de rendement pour la vigne.
  • Il intervient lors de l’accumulation des sucres dans le fruit, et facilite la bonne répartition des réserves dans l’ensemble du cep.
  • Il intervient également dans la régulation de l’ouverture et la fermeture des stomates.

Une carence en potassium peut donc fortement perturber la production de la vigne, et mettre en péril sa pérennité.

Evolution d'une carrence en potassium de la vigneLes symptômes : la carence en potassium se manifeste au début de juillet, et apparaît sur les feuilles les plus jeunes à l’extrémité des rameaux. Les feuilles deviennent d’abord brillantes, leurs bordures se recourbant vers le haut. Par la suite, une décoloration jaunissante apparaît sur le pourtour de la feuille ; elle s’étend ensuite au reste de la feuille en devenant rouge sur les cépages rouges, ou jaunes sur les cépages blancs. Dans les cas les plus extrêmes, les feuilles se nécrosent et peuvent chuter prématurément.

La carence provoque une forte diminution du nombre de baies ; à maturité, seuls quelques grains de grosseurs très différentes demeurent sur le squelette de la rafle.

Les moyen de lutte : La nutrition potassique se gère pour une bonne partie avant la plantation, sous forme de chlorure de potassium si la dose à apporter est faible ou moyenne, ou sous forme de sulfate si l’apport doit être supérieur à 300 U/ha de K2O.

Pour les corrections en cours de cycle végétatif, seules les pulvérisations foliaires sont efficaces, à condition d’agir assez tôt ; on peut pour cela utiliser du nitrate de potasse, avec un concentration entre 1 et 3%, ou du sulfate de potassium soluble jusqu’à 3%.